De la créativité à l'innovation

Archives de mots clés: pédagogie

Alors,… prêts à « renverser » la classe ? Les envies et les craintes des étudiants.

Texte téléchargeable en PDF en cliquant sur :  Réactions des étudiants L3 au DIY (2 décembre 2014) Pour la deuxième année consécutive, la pédagogie de la « classe renversée » ou « Do it Yourself »(DIY) a été présentée à des étudiants de la FGES (Faculté de Gestion, Economie et Sciences de l’Université Catholique de Lille) en troisième année de licence de sciences de la vie. Elle sera appliquée lors de leur cours de génétique moléculaire qui commencera en février 2015. Suite à cette présentation qui a duré une heure et demi, il a été demandé à ces étudiants de rédiger en quelques lignes les points qui leur apparaissent plutôt positifs (ce qui leur fait envie) ou négatifs (leurs craintes) quant à cette pédagogie interactive, voire même de faire quelques suggestions. Il leur a été aussi demandé de voter pour savoir s’ils étaient d’accord ou pas pour suivre le cours de cette manière. POINTS PERCUS COMME ETANT PLUTOT POSITIFS. Méthode interactive (x2) – recherche d’information pour bâtir son propre cours – cours vivant (x2) et créatif – groupes avec des niveaux mélangés car on peut partager les savoirs – les 15 premières minutes avec des exercices différents – les « tableaux tournants » sont une excellente… Savoir plus >

La pédagogie de la « classe renversée » illustrée lors d’une interview de Pierre Giorgini sur la chaîne Grand Lille TV

Pour visionner le reportage sur Grand Lille TV, cliquez sur ce lien.  Découvrez le principe et l’ambiance des cours en « pédagogie renversée » ou DIY (Do It Yourself) dans ce petit reportage tourné récemment par Grand Lille TV pour sa rubrique « C’est le Nord ». Cela se passe dans le cours de Microbiologie de Jean-Charles CAILLIEZ en première année de master « Food Tech » de l’Institut Supérieur d’Agriculture (ISA) avec des étudiants provenant d’une dizaine de pays différents. Ce petit film a été réalisé à l’occasion d’une interview de Pierre GIORGINI, Président-Recteur de l’Université Catholique de Lille consacrée aux nouvelles pratiques pédagogiques et aux écosystèmes innovants. Le cours en DIY est original. Il va beaucoup plus loin que la classe inversée car il permet aux étudiants de construire eux-mêmes le contenu de leur cours, de le partager et même de l’expliquer au professeur. C’est notamment la technique des « tableaux tournants » qui permet cette communication particulière en incitant les étudiants à écrire sur les murs ou sur des tableaux à roulettes. Plutôt innovant, non ?

Des tableaux qui tournent dans une « classe renversée »… quand les élèves font le cours à leur professeur !

Texte complet sous format PDF avec illustrations à télécharger en cliquant sur : Rolling boards in a learning lab Un professeur est entouré par ses quinze étudiants. Son cours de microbiologie va bientôt commencer. Jusqu’ici, rien d’anormal si ce n’est une petite teinte d’exotisme, car ces élèves en première année de master « Food Tech » de l’Institut Supérieur d’Agriculture (ISA) de l’Université Catholique de Lille sont originaires de dix pays différents, ne se connaissent que depuis quelques semaines et suivent leurs cours en anglais. Mais la véritable originalité de ce cours n’est pas là. Elle va venir de ce qui leur sera demandé, du deal étrange qui leur sera proposé, celui de faire le cours eux-mêmes, de construire le contenu des chapitres en équipe et de l’expliquer au professeur qui deviendra finalement le seul élève de la classe. Et pour ajouter au plaisir, il s’agira de le faire en écrivant sur les murs et en faisant « tourner les tableaux » ! Bienvenue dans le cours de Microbiology de Jean-Charles Cailliez au Learning Lab (Salle de Pédagogie Expérimentale) de l’Institut Catholique de Lille pour une pédagogie innovante en « Do it Yourself » (DIY).

Comment réinventer ses cours ? L’innovation pédagogique par les communautés apprenantes !

Texte complet avec illustrations à télécharger sur : Innovation pédagogique par communautés apprenantes Deux jours pour créer un nouveau cours, pour l’inventer ou le réinventer. Deux jours pour questionner ses pratiques pédagogiques et les partager avec ses collègues,… Quelle drôle d’idée ! Mais après tout, pourquoi pas ? Deux jours pour tenter une expérience plutôt originale dans un espace qui vous oblige à « sortir de la boîte ». Dit comme cela, c’est presque tentant. Enfin, deux jours pour découvrir les « petits secrets » de l’innovation pédagogique et le plaisir de construire ensemble de nouveaux modes d’enseignement,… alors là c’est sûr… on signe ! Pour une première édition, le Laboratoire d’Innovation Pédagogique (LIP) de l’Université Catholique de Lille a lancé une session de formation à usage des enseignants et intitulée : « Communauté apprenante pour l’innovation pédagogique ». Les deux journées ont été co-construites et co-animées par Titoun LAVENIER, Luc PASQUIER, Thierry SOBANSKI, Grégory AIGUIER, Claude ROCHE, Jean-Charles CAILLIEZ et Mélanie KOZAK (Service des Ressources Humaines de l’Institut Catholique de Lille), une équipe pluridisciplinaire de « hackers pédagogiques ». Elles se sont déroulées dans une salle hyper-connectée, spacieuse et conviviale, appelée à devenir un laboratoire de pédagogie expérimentale. Ce Learning Lab des temps modernes, conçu pour permettre d’imaginer de nouvelles façons d’enseigner,… Savoir plus >

Pédagogie inversée en DIY,… une méthode plutôt innovante pour révéler les « talents » !

Lors de la Journée BEEZ&CO Edition 2014 organisée par Caroline VALENT et son équipe à Euratechnologies (Lille le 30 mai 2014) sur le thème : « Talent, facteur X ! », des témoignages se sont succédés pour présenter ce que l’on pouvait penser du « talent » en entreprise et de la définition que l’on pouvait lui donner. Il a été question aussi de l’importance de l’éducation et tout particulièrement de l’innovation pédagogique. Ce fût l’occasion pour l’Université Catholique de Lille de présenter en une dizaine de minutes l’expérience du cours de biologie moléculaire en pédagogie inversée ou « Do it Yourself ». A vous de vous en faire une idée en cliquant sur : Clip de présentation du cours en « Do it Yourself » sur YouTube. Vous pouvez aussi revoir les contenus vidéos des autres interventions et témoins des éditions 2012, 2013 et 2014 sur la chaîne TV de BEEZ&CO. Les présentations Powerpoint des témoignages sont sur le site (slideshare) de BEEZ&CO.

Pédagogues en quête d’innovation,… au Colloque de l’AIPU (Mons 2014)

Le 28ème Congrès de l’Association Internationale de Pédagogie Universitaire (AIPU) a eu lieu à l’Université de Mons du 18 au 22 mai 2014. La thématique était : « Entre recherche et enseignement ». En voici mes principales remarques et réflexions, partagées sur place avec mes collègues du Laboratoire d’Innovation Pédagogique de l’Université Catholique de Lille, Louis-Etienne DUBOIS, Flovic GOSSELIN, Jean-Paul PINTE, Claude ROCHE et Thierry SOBANSKI, ci-dessous et dans un ordre qui n’a rien de hiérarchique en termes d’importance.

Quel MOOC m’a piqué ?

Article paru dans La Croix du Nord, le 16 mai 2014 : http://www.croixdunord.com/enseignement-que-penser-des-massive-online-open-courses-mooc-aujourdhui-en-ligne-79932.html Je suis étudiant ou professeur. J’ai envie de me former ou d’enseigner à distance. Alors comment faire ? To MOOC or not to MOOC ? Que penser de ce phénomène qui envahit la planète, celui des Massive Online Open Courses ? Quelle attitude adopter devant ces cours en ligne, consultables gratuitement et  pouvant accueillir un nombre illimité d’internautes avant de leur proposer des certifications payantes ?

Les étudiants ont-ils aimé la pédagogie en « Do it Yourself » ?

  La question leur est posée le dernier cours. Le semestre se termine et nous sommes à quinze jours de l’examen. Qu’ont pensé les étudiants de la pédagogie en « Do it Yourself » ? Comment ont-ils vécu le cours de Génétique moléculaire en DIY ? Quelles ont été leurs principales satisfactions, déceptions,… et ont-ils des propositions d’amélioration pour l’année prochaine ? Voici leurs avis et réactions :

PédagoCh’ti ! Un nouveau regard sur une pédagogie universitaire innovante.

Merci à Antoine TALY (Centre de Recherche Interdisciplinaire, Université de Paris Descartes) pour sa visite à Lille, jeudi 20 mars 2014, dans mon cours de Génétique moléculaire en « Do it Yourself » et à son regard avisé que vous pouvez lire ci-dessous : Texte consultable sur le blog d’Antoine TALY : http://antoinetaly.wordpress.com/2014/03/25/pedagochti/ Aujourd’hui je voudrais rendre compte de la visite que j’ai faite la semaine dernière dans le cours de Jean-Charles Cailliez. Cette visite fait suite à la visite de Jean-Charles dans un de mes cours de biologie en L1 le mois dernier. Elle est destinée à observer ce cours en DIY et tenter d’en déterminer les ressorts pour pouvoir l’importer/adapter. Je dois dire que j’étais déjà enthousiaste avant même mon observation, comme en témoigne le cours de (bio)informatique débuté récemment en L2. Comme je l’avais fait lors de la visite de la classe de Marc Berthou j’avais décidé de baser une partie de mon analyse sur la taxonomie de Bloom (voir par exemple cette image de Claire Marotine). Pour ce faire j’ai utilisé un tableau comme celui ci.

Chasse à l’innovation pédagogique… l’oeil affûté du trappeur québécois !

À la chasse aux innovations pédagogiques : retour sur le cours de génétique en DIY. Merci à Louis-Etienne DUBOIS, candidat Ph.D (management) à HEC Montréal et MINES ParisTech, chercheur associé à l’Université Catholique de Lille pour son regard aiguisé face à mon expérience d’innovation pédagogique pour des étudiants en licence de sciences de la vie. Peut-être parce que la pédagogie nouvelle s’appréhende mieux à la pénombre, un peu comme à la chasse où l’aurore, c’est bien connu, est souvent le moment le plus propice aux prises légendaires (on m’accusera au passage d’entretenir ici le mythe du canadien trappeur). Peut-être parce que les nouveaux modes d’enseignement se vivent mieux en état de semi-éveil, au beau milieu d’un cycle circadien ou encore en déficit de vitamine D dû au manque de luminosité d’un matin de février à Lille. Toujours est-il qu’il fallait se lever de bonne heure pour apercevoir la bête et prendre part à la nouvelle mouture du cours de génétique telle que proposée par Jean-Charles Cailliez. Un bien petit sacrifice pour être aux premières loges de cette expérience unique, sur laquelle je vous livre ici mes premières impressions.