De la créativité à l'innovation

Archives de mots clés: université

Pourquoi se lancer dans une classe renversée ? L’avis controversé des profs d’université

Quels sont les raisons qui inciteraient les profs à se lancer dans l’expérience d’une classe renversée ? La question a été posée à 80 enseignants-chercheurs et assistants de l’Université de Mons, lors d’une conférence sur le même thème le 22 septembre 2017. A noter que les arguments pour se lancer, c’est à dire les éléments qui inciteraient les profs à tenter l’expérience et les arguments qui freineraient la même démarche proviennent dans cette enquête des mêmes 80 personnes. Il leur a en effet été demandé à chacun d’écrire sur une même feuille 2 arguments « pour » et deux arguments « contre ». Le résultat de cette enquête n’oppose donc pas les supporters et les adversaires de la classe renversée, mais montre qu’il existe chez les mêmes personnes autant de raison de franchir le pas que de rester dans sa zone de confort. Eléments qui inciteraient à se lancer dans une classe renversée. Développer des compétences de recherche et de co-construction chez les étudiants – je suis pour un enseignement plus participatif, cela me permet de savoir si les étudiants ont compris, mais aussi de leur montrer qu’ils sont capables de comprendre ; proposer un enseignement efficace aux étudiants mal adaptés au système académique classique – le… Savoir plus >

La classe renversée,… qu’en pensent les profs ?

Que pensent les enseignants-chercheurs à l’université de la classe renversée ? Sont-ils convaincus ou pas de l’intérêt de cette méthode d’innovation pédagogique ? Pour le savoir, il suffisait de leur demander ! Dans le cadre de sa formation continue destinée à ses enseignants-chercheurs et assistants à mandats, l’Université de Mons en Belgique a organisé un cycle d’ateliers en pédagogie universitaire au cours duquel elle a proposé des thématiques qui touchent à la conception et à l’organisation des enseignements. Une attention particulière a été portée aux assistants qui démarrent leur mandat en leur proposant 24 heures de formation obligatoires durant la première année. Dans ce cadre, la journée du 22 septembre 2017 qui a été organisée sous la houlette de Frédérique ARTUS, Conseillère en Pédagogie Universitaire, s’est terminée par une conférence sur « La Classe Renversée ». Cette conférence a été réalisé en double voix, avec Jean-Charles CAILLIEZ et Sébastien BETTE qui ont présenté deux expériences en la matière, la première à l’Université Catholique de Lille pour un cours de génétique et la deuxième à l’Université de Mons pour un cours d’informatique. A l’issue de la conférence qui a réuni plus d’une centaine d’enseignant-chercheurs, dont une majorité d’assistants doctorants, un questionnaire leur a été proposé avec 4 questions. 80 d’entre d’eux… Savoir plus >

HEMiSF4iRE, une Design School innovante pour transformer l’Université !

Acte de naissance d’HEMiSF4iRE téléchargeable en format PDF sur : Acte de naissance Design School Zcard L’Université a-t-elle besoin d’une structure particulière pour se transformer, voire pour innover de manière différente ? Une Design School peut-elle jouer ce rôle, que celui de faciliter la transformation d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche ?    Depuis deux ans, les quatre entités de la Direction de l’Innovation de l’Institut Catholique de Lille (ICL), entité qui regroupe les 5 facultés de l’Université Catholique de Lille, qui sont le Laboratoire d’Innovation Pédagogique (LIP) assisté par le Service des Usages du Numérique (SUN), l’Institut de l’Entrepreneuriat (IES), l’Ecole des Doctorants (ED2) et l’Institut International de Prospective sur les Ecosystèmes Innovants (IIPEI) ont construit une stratégie collective en mode maillé coopératif qui les a conduits à créer une « Design School » pour le management de l’innovation. Cette Design School  qui porte le nom HÉMiSF4iRE, a vu le jour le 1er juillet 2017. Elle est dirigée par Jean-Charles CAILLIEZ et s’inscrit dans le projet du Président-Recteur Pierre GIORGINI « Osons l’espérance », dans le cadre de l’axe « Développer un accélérateur d’innovation arrimé aux Facultés ». HÉMiSF4iRE propose des activités (formations, ateliers, séminaires,…) destinées à celles et ceux, individuels ou collectifs, qui désirent… Savoir plus >

MOSAIC Lille 2017, une version 3D de la créativité collaborative !

Téléchargez la version complète en format PDF avec les illustrations en cliquant sur : MOSAIC Lille 2017 Télécharger le film (11 minutes) en cliquant sur : https://www.youtube.com/watch?v=UgvZ-bNUjek La troisième édition de l’Ecole de Printemps en Management de la Créativité (MOSAIC Lille 2017) s’est déroulée à Lille du 16 au 19 mai 2017. Elle a réuni 50 participants provenant d’origines diverses, du monde de l’entreprise à celui des universités, et de cultures assez différentes,… françaises, belges, québécoises, américaines, turques, moldaves, espagnoles et italiennes. Elle a été organisée dans les espaces collaboratifs de l’Université Catholique de Lille par une équipe de 30 personnes, enseignants, chercheurs, cadres, administratifs, techniciens, vacataires de l’Institut Catholique de Lille (ICL) et du groupe Yncréa (HEI-ISA-ISEN). La thématique de cette année a été centrée sur le projet de réhabilitation de la friche industrielle de « Fives Cail », sous le titre « Réinventez les territoires ». Comme lors de ses précédentes éditions, MOSAIC Lille 2017 a invité l’ensemble de ses participants, animateurs compris, à venir expérimenter les processus de créativité au service de l’innovation. En d’autres termes, comment susciter la créativité au sein d’une équipe de manière à la transformer ensuite en innovation ? Plutôt que de procéder par une approche individuelle de… Savoir plus >

Les profs aiment-ils la conférence inversée ? Des avis mitigés…, mais en dynamique de coworking !

Que pensent les profs de la conférence inversée ?  Quelles peuvent être leurs impressions face à ce « changement de faire » qui oblige le public à produire le contenu de la conférence et aux experts à réagir en direct sur ce qu’ils découvrent au moment de la projection des slides ? Pour le savoir, il a suffit de mener l’expérience avec des enseignants d’université et de lycées-collèges, puis de prendre leur avis en demandant à chacun d’entre eux de nous confier une impression plutôt positive et une autre qui soit critique ou franchement négative. L’expérience a été menée à l’Université de La Rochelle, le 9 février 2017, dans un amphithéâtre réunissant 140 enseignants-chercheurs et autres cadres de l’université et/ou du secondaire. Le sujet de la conférence qui ouvrait une journée de travail consacrée à l’innovation pédagogique était « Enseigner, Apprendre,.. quelles différences ? » . Les participants ont disposé d’une demi-heure pour produire par équipe de 20 des diapositives illustrant, comme ils le souhaitaient, le sujet de la conférence : la moitié de ces diapos devait contenir du texte et l’autre de l’iconographie. Au bout de cette demi-heure de production, il a été demandé aux équipes de fusionner leurs productions, deux par deux, de manière à mélanger les textes et les illustrations. Place à la négociation, sachant que pour choisir… Savoir plus >

Que pensent les profs de la classe renversée ? Je t’aime,… moi non plus !

Que pensent les profs de la classe renversée ? Ont-ils envie de se lancer dans l’aventure des pédagogies innovantes ou bien ont-ils peur de s’y risquer ?  Telles sont les questions qui ont été posées à une quarantaine d’universitaires de l’Università di Corsica Pasquale Paoli lors d’un séminaire d’innovation pédagogique organisé par Thierry Antoine SANTONI , Vice-Président en  charge de l’innovation et du numérique, les 1 et 2 décembre 2016 à Corté. Leurs impressions positives et négatives ont été recueillies suite à une conférence de Jean-Charles Cailliez sur son expérience de classe renversée en « Do it Yourself«  et précédant deux jours d’ateliers collaboratifs (co-animés par Delphine CARISSIMO, chargée de mission à l’Institut de l’Entrepreneuriat de l’Université catholique de Lille) consacrés aux méthodes pédagogiques innovantes et aux communautés apprenantes. D’un point de vue méthodologique, il a été demandé à chacun de donner obligatoirement un point positif (ce qui lui donne envie de se lancer dans une pédagogie innovante, classe inversée ou autre méthode) et un point négatif (ce qui le freine, voire ce qui lui fait peur). Ci-dessous leurs réactions : Impressions positives et inspirations. La méthode des tableaux tournants me semble très didactique et intéressante à mettre en place –

Du marathon à la classe renversée !

Quels liens entre le dépassement de soi en course à pied et le fait de sortir de sa zone de confort en pédagogie ? A priori aucun. A l’occasion du TEDx de Belfort le 14 octobre 2016, dont la thématique était « Envie de vie », Jean-Charles Cailliez a focalisé son talk (« Du marathon à la classe renversée« ) sur la plaisir que l’on pouvait avoir à dépasser ses limites dans sa passion comme dans son projet professionnel. A l’aide d’exemples illustrés, il a invité les 500 spectateurs de la Salle Granit à le suivre le long de ses multiples marathons et autres courses d’endurance et dans sa salle de classe où les étudiants construisent le cours par eux-mêmes et donnent des devoirs au professeur. A suivre sur http://www.tedxbelfort.com.

Tout à déclarer ! Des universitaires français et belges qui échangent sur leurs innovations pédagogiques…

Film de l’événement téléchargeable sur : https://www.youtube.com/watch?v=gwpRnEWeZOA Article en format PDF : Hack’Apprendre Lille 2016 Une frontière invisible qui sépare deux régions particulièrement riches en établissements d’enseignement supérieur et de recherche : les Hauts de France et la Wallonie. Des communautés de pédagogues, enseignants et formateurs, qui se posent souvent les mêmes questions : Comment innover en pédagogie ? Comment enseigner différemment ? Comment partager sur nos pratiques pédagogiques et progresser de manière collective ? Comment bénéficier de l’apport des uns et des autres qui expérimentent avec leurs étudiants ? Peut-on imaginer, de part et d’autre de la frontière, une communauté apprenante impliquée dans une dynamique collective d’innovation pédagogique ?

De quoi sera fait demain ? Faut-il être devin pour s’y préparer ?… ou plus raisonnablement prospectiviste !

Dossier consultable en flipping book (l’ouvrir avec Google Chrome) sur : http://www.univ-catholille.fr/ebooks/VE-n65-oct2016/index.html De quoi sera fait demain ? Quel futur nous attend dans ce monde en perpétuelle mutation ? Faut-il être astrologue ou devin pour s’y préparer,… ou plus raisonnablement prospectiviste ? La prospective est une démarche itérative à la fois pragmatique et holistique. Elle nous prépare à affronter demain. Elle nous aide à envisager l’avenir en nous inspirant du passé comme du présent, tout en tenant compte de l’évolution de notre environnement et de nos comportements. Elle est indiciblement liée à la notion d’écosystèmes, entendus comme des ensembles dynamiques d’acteurs vivants qui interagissent avec leur milieu. Alors quoi de plus normal que l’Université Catholique de Lille s’engage dans une démarche de prospection et de compréhension des écosystèmes innovants pour assurer ses missions d’éducation, de recherche et de service à la société.

Des élèves co-auteurs de leur savoir !

Article en PDF à télécharger sur : Elèves co-auteurs de leur savoir Avec l’explosion du numérique à l’école, les élèves peuvent devenir co-auteurs de leur savoir. Il en est de même dans l’enseignement supérieur. Cette approche des temps modernes nécessite néanmoins que les acteurs acceptent de changer de posture, tout au moins de sortir de leur zone de confort, pour s’investir différemment dans le partage des connaissances. A l’image de ce qui se passe dans les classes inversées ou renversées, le professeur doit aujourd’hui imaginer de nouvelles pédagogies, celles qui incitent ses élèves à apprendre autrement, en les préparant notamment à rechercher par eux-mêmes les connaissances qui leur seront nécessaires au montage de projets ou à la résolution de problèmes. La pratique des pédagogies inversées va en ce sens pour une majorité d’entre eux. Elle permet de passer de la créativité à l’innovation par l’expérimentation. Hacker la pédagogie. L’expérimentation peut aller encore plus loin lorsqu’on imagine de hacker la pédagogie. C’est le cas du « Uncollege » à San Francisco qui tente de réinventer l’éducation par des méthodes d’auto-éducation.