Des TPs par les étudiants pour les étudiants

C’est ici Cécile Narce, responsable du niveau L2, qui livre un témoignage d’enseignement par les pairs.

Les enseignants en sciences que nous sommes savent bien à quel point il est coûteux, aussi bien en matériel qu’en temps de préparation, de concevoir une séance de Travaux Pratiques (TP). Tout cela pour un résultat d’apprentissage qui n’est parfois pas à la hauteur de nos attentes.

Mais c’est sans compter sur la plus grande de nos richesses : nos étudiants. A l’institut Villebon – Georges Charpak, nous avons voulu expérimenter une pratique bien connue des enseignants de laboratoire des filières technologiques, mais encore peu répandue à l’université : apprendre en enseignant. Les étudiants de 2ème année de Licence Sciences et Technologie ont donc reçu comme mission, d’organiser par groupes de 5-6 une séance de TP pour les autres membres de la promotion.

6 séances (3 en physique et 3 en biologie) de TP de 2h chacune ont ainsi été conçues par les étudiants eux-mêmes, incluant protocole, montage et évaluation. Un enseignant référent de la discipline supervisait et validait scientifiquement leur travail.

Autonomie et créativité

Pour préparer leur séance de TP, chaque équipe a tout d’abord dû s’approprier les notions, à travers des recherches bibliographiques et des échanges avec l’enseignant référent. Puis le travail de conception a démarré. Un petit budget alloué par l’institut a permis les achats de matériel.

En prévision des séances de biologie végétale, les étudiants ont cultivé maïs et pois pendant plusieurs semaines. Pour faire observer les principes de base en mécanique des fluides, point de montage sophistiqué bardé de capteurs… mais des balles de ping pong, un sèche-cheveux, des billes, des bouteilles en plastique et du sirop de sucre !

Apprentissage par les pairs

Au cours des séances proprement dites, les étudiants concepteurs sont venus expliquer à la paillasse les concepts à leurs camarades qui les sollicitaient. Cette situation de monitorat a été bénéfique pour tous, comme l’explique si bien Philippe Meirieu « Qu’as-tu appris de l’autre ? Soit qu’il t’a expliqué et que tu n’avais pas compris, soit qu’il t’a contraint à expliquer et que tu as pu ainsi véritablement t’approprier ? » .

A travers la correction des évaluations, les étudiants ont aussi appris à donner des feedbacks à leurs camarades, et en retour à recevoir des feedbacks. Plusieurs d’entre eux ont réalisé, par cet exercice, l’intérêt qu’il y a à lire les commentaires que les enseignants font sur leurs copies.

Un bilan doublement positif

Le retour des étudiants est quasi unanime sur l’intérêt de cette méthode, tant du point de vue de la motivation par la responsabilité qu’elle engendre vis-à-vis des autres, que de celui du renforcement des apprentissages. Du côté des enseignants, la bonne surprise a été que le niveau d’encadrement est finalement bien moindre que pour un TP classique, les étudiants jouant tour à tour les rôles de préparateurs labo et de moniteurs.

Cette première expérience réussie motive l’équipe pédagogique pour explorer des pistes d’amélioration dès le semestre prochain : un encadrement plus rigoureux, car fort des observations du premier opus, l’équipe pédagogique sait maintenant plus précisément ce qu’elle peut attendre des étudiants et jusqu’où elle peut les pousser à approfondir ; une place plus importante dans l’emploi du temps pour donner la possibilité aux étudiants d’approfondir ; des sujets mieux ciblés et plus ambitieux.

Be Sociable, Share!

Commentaires fermés sur Des TPs par les étudiants pour les étudiants

Filed under Non classé

Comments are closed.