Etudier les interactions dans les MOOC

http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-image-3d-man-sitting-laptop-word-forum-image29348536Les forums et les réseaux sociaux sont un ingrédient essentiel des MOOC, car ils permettent de compenser l’impossibilité d’interagir de manière individuelle avec l’ensemble des participants. Ils déchargent l’équipe pédagogique d’une partie de son travail, en laissant les participants prendre en charge une partie des réponses. Mais ils ont également pour objectif de favoriser la création d’une communauté susceptible de maintenir l’engagement des apprenants tout au long de la formation. Comprendre la nature et la dynamique des interactions entre pairs constitue un enjeu majeur pour les équipes pédagogiques en charge de ces cours. Je vous propose dans ce billet de revenir brièvement sur cette question, que nous avons évoqué dans quelques articles d’analyse de papiers de recherche.

Les faibles taux de certification associés aux MOOC ont fait l’objet de critiques récurrentes, suggérant qu’il existe un compromis entre la taille de l’audience de ces cours et la qualité du suivi des apprenants, et donc de leur motivation à terminer la formation. Le relatif isolement des participants à ces cours est considéré par de nombreux auteurs comme l’une des principales raisons qui sous-tendent le faible engagement des participants. Du fait de la relative nouveauté du phénomène MOOC, la recherche sur le sujet est encore balbutiante. Parmi les axes majeurs de ces recherches, la question des taux d’abandon et des interactions entre participants figure en bonne place. Dans ce contexte, les interactions ayant lieu dans les forums et les réseaux sociaux des MOOC ont fait l’objet d’une attention croissante de la part de la communauté scientifique.

La description et l’analyse des interactions au sein des réseaux sociaux et des forums a fait l’objet d’un certain nombre de recherches. Un certain nombre d’études sur les MOOC connectivistes (Siemens 2005), ou cMOOC, se sont attachés à décrire ces dynamiques dans un contexte ouvert et massif. L’évolution du format pédagogique des MOOC à partir de 2011 et l’apparition des xMOOC impose de mettre en place de nouvelles méthodes d’analyse et de description des interactions ayant lieu au sein des forums et des réseaux sociaux associés aux cours. De telles recherches basées sur les données de la plate-forme américaine Coursera ont permis de mettre à jour un certain nombre de phénomènes. Elles soulignent l’importance de la mise en place de stratégies pour palier à  la surabondance d’information générée les forums de MOOC. La compréhension des dynamiques à l’œuvre au sein des forums et réseaux sociaux de MOOC est un champ d’investigation novateur et correspond à une demande concrète de la part des équipes pédagogiques à l’initiative de ces cours en ligne.

Certaines études (Kizilcec 2013 par exemple) se sont attachées à dresser des typologies de participants sur la base de leurs participation aux exercices, peu l’ont fait sur la base des forums de discussion (mais rappelez-vous celle-ci sur les superposteurs). Une fois la typologie effectuée, reste ensuite à faire le lien entre les usages du cours et les contextes socioprofessionnels et socioculturels des participants, plus ou moins connus grâce aux questionnaires. Une approche quantitative qui pourrait être complétée par une approche plus qualitative destinée à mieux comprendre la diversité des profils (ce que je cherche à faire à travers les entretiens).

L’objectif est de comprendre pourquoi seule une minorité des participants d’un MOOC est active sur les forums, la grande majorité observant l’activité de ces forums sans intervenir personnellement. Même au sein des participants actifs, il existe une diversité de niveaux d’implication, tant du point de vue qualitatif que quantitatif. Il est possible de classifier les participants sur la base du nombre de contributions au forum, mais également selon la nature de ces contributions. Cette différence de comportement a par exemple conduit la plate-forme de MOOC Udacity à mettre en place un système de badges différentiés correspondant aux comportements observés sur les forums (nous avions évoqué la question dans le billet sur les systèmes de réputation).

Il nous faut souligner ici que l’interaction entre participants n’est pas cantonnée aux forums de discussion. Parallèlement au cours qui se déroule en général de manière centralisée sur une plate-forme dédiée, une activité périphérique apparaît plus ou moins spontanément. Des groupes plus ou moins informels apparaissent souvent sur les réseaux sociaux Google +, Twitter et Facebook, à l’initiative des équipes pédagogiques du MOOC ou des participants eux-mêmes. Par ailleurs, certains participants vont contribuer à  via leurs blogs (Isabelle Quentin avait fait un petit article dessus, rappelez-vous).  Enfin, des rencontres en face-à-face peuvent être organisées via des réseaux comme Meet Up, parfois avec l’aide des pouvoirs publics comme cela a pu être observé à Boston. Au fait, connaissez vous le programme Learning Hubs de Coursera ?  La fameuse plate-forme de MOOC met en place un réseau mondial de lieux d’accueil pour MOOCeurs. Un endroit idéal pour ceux qui n’auraient accès facilement à Internet (un peu le rôle des campus numériques dans le fond), mais aussi un lieu de rencontre et d’interaction. Vous aussi pouvez devenir un Learning Hub sous certaines conditions. Réfléchissez-y !

L’importance de cette activité périphérique varie fortement selon les cours. Alors que pour certains MOOC, seule une faible minorité participe aux réseaux sociaux, pour d’autres ces-derniers représentent un élément déterminant et indissociable du cours. Les dynamiques à l’œuvre en périphérie des MOOC ont fait l’objet de peu d’attention de la part de la communauté scientifique, et mériteraient qu’on s’y intéresse davantage.

La recherche sur les interactions dans la formation à distance n’est pas nouvelle, mais la taille des MOOC offre des opportunités sans précédent pour analyser les dynamiques à l’oeuvre. Voilà un terrain qui je l’espère intéressera les futurs chercheurs en sciences de l’éducation. 

PS : Si vous voulez des références biblio sur le domaine, Magdalena Cros, une étudiante qui a fait son mémoire au labo STEF, a fait un mémoire biblio sur cette thématique : le voici, à toute fin utile.

Be Sociable, Share!

6 Comments

Filed under Non classé

6 Responses to Etudier les interactions dans les MOOC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *