Insertion des MOOC dans les curriculums : comment attester du suivi ?

Envoyer ses étudiants sur des MOOC pour acquérir des notions que vous ne souhaitez pas expliquer en classe, c’est en grande partie pour cette raison que ces cours en ligne ont été créés. Quel gain de temps ! Je peux vous le garantir, tant j’use et j’abuse de cette approche pour me focaliser sur la pédagogie par projet. Problème néanmoins : comment s’assure-t-on, au juste, que les apprenants ont bien suivi le MOOC ? Sur une plateforme spécialisée comme Datacamp, sans payer quoi que ce soit, je peux attribuer à tel ou tel sous-groupe d’apprenants un ou plusieurs cours en ligne, et voir qui a fait quoi. Oui, mais sur FUN MOOC, sur Coursera ? Il y a toujours la possibilité de demander le certificat me direz-vous …  Eh bien la situation n’est pas si simple.

Dans Datacamp, une fonctionnalité nommée assignment – gratuite avec l’abonnement « enseignement supérieur », permet d’entrer dans un niveau de granularité assez fin, et d’aller jusqu’à l’attribution par exemple de tel ou tel chapitre du cours que vous estimez intéressant. Vous n’êtes pas obligé de recommander le cours dans son ensemble. Par ailleurs, l’intérêt de cette fonctionnalité réside dans le fait que vous pouvez suivre de manière assez fine, via un tableau de bord, qui est allé au bout pour un ensemble de ressources données. Mais ce luxe est rare.

L’un des principaux problèmes que je vois sur FUN réside dans le fait que vous ne contrôlez pas la date de délivrance des certificats. En effet, le processus est complexe – et il n’y a pas une démarche automatisée où à partir d’un certain nombre d’exercices réalisés avec succès, le certificat est délivré automatiquement. Il faut en effet que l’équipe du MOOC demande, à intervalles réguliers, une délivrance générale du certificat pour un MOOC donné. L’existence de cette étape supplémentaire constitue un frein potentiel, car vous ne pouvez pas compter sur l’attestation au moment où vous le voulez, en fonction de la temporalité de vos enseignements. Il y a plusieurs approches. L’une des astuces pour passer outre consiste à reproduire les exercices mobilisés dans le MOOC pour réaliser avec votre propre plateforme l’évaluation du MOOC, au moins pour la partie des exercices autocorrectifs. D’abord, il faut que cela soit permis par le régime de propriété intellectuelle mis en place dans le MOOC. Ensuite, c’est du temps à investir dans le copier-coller d’exercices, et cela ne marche pas pour les évaluations par les pairs et certains exercices complexes comme la correction automatique de programme. Une autre option, nettement plus simple, consiste à demander aux étudiants de faire des captures d’écran des interfaces sur lesquelles ils voient le niveau de complétion des exercices et la note afférente. C’est moins propre qu’un certificat ou une attestation de réussite, mais au moins vous économisez du temps sur intégration d’exercices.

Concernant Coursera, on peut avoir accès à tout ce que l’on veut si l’on paie l’abonnement, soit plus de 300 euros par étudiant par an. C’est coûteux, et les établissements d’enseignement supérieur sont notoirement mal organisés, sur le plan administratif, pour gérer des abonnements récurrents (sauf à demander aux étudiants de s’en charger eux-mêmes, mais cela se fait peu). A ma connaissance, en échangeant avec l’entreprise il y a quelques semaines, seule l’Ecole de Management de Grenoble avait franchi le pas en France, avec Coursera for Campus. C’est sans doute plus facile car ils doivent de toute façon former leurs étudiant.e.s à l’anglais et la majorité des cours sont en anglais. Un grand bravo à eux. Par comparaison (j’ai le livret commercial de Coursera sous les yeux), ce seraient plus d’un million d’étudiants indiens qui utiliseraient ou auraient utilisé Coursera for Campus. Là on atteint des échelles massives (sans doute parce qu’ils ont des ristournes, soit dit en passant).

Si vous ne voulez pas payer, il est utile de savoir que vous pouvez généralement accéder à l’essentiel des ressources d’un cours de Coursera en vous inscrivant en tant qu’auditeur libre. Le bouton n’est clairement pas mis en valeur, puisque vous êtes avant tout invité.e à payer, mais on le trouve facilement si on sait qu’il existe. Alors il n’y aura certes pas de certificat si vous vous inscrivez de cette manière, mais techniquement vous pourrez également utiliser la technique de la capture d’écran des exercices réalisés et vidéos visionnées, que seul l’étudiant voit. Sachez néanmoins que si on lit les CGU de Coursera, cette approche est dans une large mesure prohibée. L’entreprise n’a néanmoins, à mon avis, pas les moyens de contrôler tous les usages à une telle échelle.

Enfin, si vraiment vous avez le temps, vous créez votre propre batterie d’évaluations maison sur le contenu du MOOC, et vous traitez le tout comme un examen classique. En effet, se reposer sur les exercices des MOOC présente certains risques. Des apprenants « éclaireurs » visionnent les contenus et répondent aux quiz, et partagent ensuite les résultats avec le reste de la classe. A titre personnel, je n’ai jamais vu tellement de communication inter-promos (une promo précédente communiquant les résultats à la promotion d’après), mais en revanche le comportement d’entraide intra-promo est classique, et j’ai eu de grandes difficultés avec ces stratégies d’étudiants. Difficile de mettre en place des tactiques pour mettre en échec ce type de démarche si vous n’avez pas de contrôle sur le MOOC – car il faudrait de l’ouverture et de la fermeture des évaluations sur des plages horaires limitées, impossibilité de voir quelles sont les réponses justes ou fausses après avoir passé l’évaluation, etc. Et aucun des MOOC de Coursera par exemple ne donne qu’aux seuls enseignant.e.s les réponses aux exercices. Tous les apprenants peuvent y avoir accès d’une manière ou d’une autre. Ces considérations imposent de repenser la manière dont l’on conceptualise la signification des certificats de MOOC, c’est certain.

 

Leave a Comment

Filed under Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *