Les sites emploi et le doctorat

Quels sites emploi pensent à nous, docteurs, avec notre doctorat “bac+8”? Résultats d’une enquête menée derrière notre écran.

FEU ROUGE ! Les sites emploi qui ne connaissent pas (ou si peu) les docteurs

→ Et non des moindres ! Pôle emploi, le portail national, dans la page “Recherche d’offres d’emploi” n’allait plus loin que “Bac + 5 et plus ou équivalent” . C’était le 22 octobre 2012 au démarrage de notre enquête. Une semaine plus tard (le 29 octobre), il n’est plus fait mention du niveau de diplôme, comme sur le site de l’Apec (voir plus loin). Du changement dans l’air ? Dans l’option de recherche avancée, en sélectionnant la région (j’ai choisi Midi-Pyrénées), avec le thème “métiers de la recherche” et “doctorat” comme mot clef, 42 offres sont sorties (le 29 octobre). Problème: on peut avoir un doctorat et vouloir faire autre chose que de la recherche…

→ Sur le Direct emploi dans les options avancées du moteur de recherche, il n’y a que les niveaux Master 1 et 2 (le 22 octobre)

→ Dans l’espace candidat du site Kelly scientifique, on nage en plein paradoxe : il n’est pas fait mention du niveau “doctorat” et quand on tape ce mot clef dans le moteur de recherche des offres, 4 offres sont proposées (le 22 octobre). Avec “PhD”, c’est mieux : 5 offres ! Le site se proclame “Le n°1 mondial du recrutement de scientifiques”. Pour la France, on a du mal à le croire.

FEU ORANGE ! Les sites emploi avec bien peu d’offres

→ Dans le moteur de recherche du site Manpower.fr, il n’y a pas de niveau de diplôme et quand on entre “doctorat” dans les mots clef, 2 offres (sur 7 202) sortent (le 22 octobre)

→ Sur Cadreemploi, en tapant “doctorat”, 11 offres (le 29 octobre), 63 avec le mot “docteur” (incluant les doctorats d’exercice)

Embauche.com : l’option de recherche avancée répertorie le niveau “doctorat” mais seulement 12 offres (sur plus de 14 000 !) sortent quand on sélectionne ce critère (le 22 octobre)

→ Sur Keljob.com, si l’on met “doctorat” dans les mots clef, 20 offres sont proposées (le 22 octobre)

→ Sur Monster.fr dans la page “Rechercher des offres”, il faut cliquer sur “Plus d’options” pour entrer le niveau d’études : “Doctorat, 3ème cycle”. 27 offres d’emploi correspondait à ce niveau (le 22 octobre)

FEU VERT ! Les sites emploi avec plus d’offres à la clef

→ Sur le site “Jeunes diplômés” de l’Apec aucune rubrique n’est prévue pour le niveau de diplôme… des jeunes diplômés : les L, les M et les D sont logés à la même enseigne. Une façon de contourner l’obstacle ? En mettant “doctorat” dans les mots clef, 126 offres sont proposées (le 22 octobre 2012). Chiffre identique sur le site “Cadres”

Optionscarriere.com affiche 476 offres (le 22 octobre) ! Personne ne dit mieux jusqu’à présent mais c’est un méta-moteur (comme Monster) qui agrège les offres émanant d’autres sites

→ Sur le site de l’ABG-Intelli’agence (assez mal référencé par Google), en moyenne 1 000 offres d’emploi pour les doctorants et les docteurs sont en ligne. Malheureusement, cette information n’est pas mentionnée sur le site.

→ Sur le portail européen Euraxess, dans l’espace “Jobs” en tapant le mot clef “PhD” 915 offres d’emploi sont proposées (le 22 octobre). Vive l’Europe !

Ce bilan nous fait grincer des dents. Avec en moyenne 10 000 docteurs diplômés par an, on ne peut qu’être d’effaré par l’anonymat social des bac+8 en France. Quand les sites emploi passeront-ils (enfin !) au L, M, D et reconnaîtront l’expérience professionnelle acquise grâce à la formation par la recherche ?

13 Comments

Filed under Dans les entreprises

13 Responses to Les sites emploi et le doctorat

  1. Merci pour cet intéressant et utile article qui montre bien la difficulté des docteurs français à trouver des offres de postes en adéquation avec leur niveau d’étude et leurs profils.

    En complément à consulter : un index des sites d’offres d’emploi pour les docteurs http://www.collectif-papera.org/spip.php?article486

  2. Gerard COFFIGNAL

    Un autre site (gratuit pour les employeurs et les docteurs en recherche d’emploi) où sont mutualisées et déposées des offres pour les docteurs : http://doctorat.ensam.eu/emplois/ cette partie emploi est gérée par ADUM (asso 1901 université de Montpellier, http://www.adum.fr/) pour de nombreuses écoles doctorales de France.

  3. doctrix

    « Entre un diplômé de Master et de Doctorat, je ne fais pas de différence », ai-je entendu de la bouche d’un DRH d’une entreprise française. Il ajoutait : « Ce sont les compétences qui comptent ». Sous-entendu : la formation par la recherche n’apporterait aucune compétence. C’est vraiment choquant de tenir de tels propos !

  4. François

    Il serait intéressant d’avoir une discussion avec la Direction du Trésor qui écrit dans un récent rapport :

     » S’agissant de l’impact de la formation initiale, il n’apparaît pas de différence significative de productivité dans les fonctions de chercheur entre docteurs hors santé, ingénieurs et titulaires d’une maîtrise ou moins.
    Par ailleurs, cumuler un doctorat et une école d’ingénieurs n’apporterait pas de
    gain significatif pour la production d’inventions brevetables par rapport à chacune de ces formations prises séparément.
    Les diplômés de masters ou les agrégés seraient en
    revanche significativement moins productifs que ces catégories. La meilleure performance des titulaires d’une maîtrise ou moins face aux masters et agrégations, a priori surprenante, pourrait s’expliquer par un effet de sélection, les premiers étant probablement le plus souvent d’anciens techniciens ayant bénéficié de promotions internes. Elle est à mettre en relation avec la forte représentation de ces catégories de diplômés parmi les chercheurs (particulièrement les Bac+2 et moins, cf. graphique 2).
    Enfin, les docteurs en santé n’apparaissent pas significativement plus productifs
    que les autres catégories de diplômés. »

    https://www.tresor.economie.gouv.fr/File/331840

  5. Stéphane Klein

    Merci pour ce bilan très intéressant.

    Cependant, attention à l’analyse des données. En effet, selon moi le problème n’est pas que les sites d’emploi n’ont pas (pour la grande majorité en tout cas !) une classification L, M, D. Le problème est que les entreprises et/ou organisations publiques utilisent très rarement les mots doctorat et/ou docteur dans leurs offres d’emploi. Finalement, les jobs board s’adaptent (tout) simplement à la sémantique utilisée par les employeurs !

    Donc dès (mais ne c’est malheureusement pas pour demain) que les employeurs commenceront à mieux cerner les compétences associées au doctorat, alors et seulement alors, les jobs board auront intérêt à changer leur classification.

    Selon moi, un docteur qui cherche un job dans le privé (en France) ne peut (doit!) évidemment pas se contenter de chercher un job avec uniquement les mots clefs « doct* ». Ceci est d’autant plus vrai s’il souhaite accéder à un emploi non scientifique où il aura du mal à valoriser les compétences scientifiques et techniques développées au cours de sa thèse.

    Il est important de comprendre que deux paramètres sont à intégrer lorsqu’on cherche un job :

    1) est-ce que je cherche un boulot où mes compétences cœurs (c’est-à-dire scientifiques et techniques) seront facilement reconnues ?

    et

    2) est-ce que mon potentiel employeur à déjà recruté un docteur ?

    Les réponses à ces deux questions doivent conditionner votre (ou vos) stratégie(s) de recherche d’emploi. Vous l’aurez compris il existe donc de multiples stratégies.
    Le cas le plus défavorable étant :
    je m’oriente vers un poste où mes compétences cœurs ne seront certainement pas reconnues et en plus mon potentiel employeur n’a jamais recruté de docteur.

    Pour la petite histoire, j’étais dans ce dernier cas ! En effet, avec un doctorat en physique (et une formation complémentaire en école de commerce)
    je suis actuellement conseiller d’entreprise au sein d’une Chambre de Métiers.

    Pour finir, je vous souhaite une excellente année 2013. Qu’elle soit riche en émotions et réussites personnelles et professionnelles.

    Et vraiment pour finir, « good luck » aux docteurs qui cherchent un job.

    Avec toute ma sympathie,

    Stéphane

  6. doctrix

    Pour mieux comprendre le dernier commentaire, lisez cet article fort intéressant réalisé et publié récemment par Redoc, le réseau des doctorants et des docteurs de l’université Paris Est
    http://redocparisest.wordpress.com/2013/03/11/offres-demploi-ou-chercher/

  7. pierre henri

    Très bonne étude, c’est vraiment très intéressant. il est très importants de pouvoir spécifié quand quelqu’un veut faire valoir un doctorat. Je constate également qu’en France il y a chaque année plus de nouveaux docteurs diplômés que d’offres d’emplois…

  8. Bonjour,
    merci pour votre étude très utile pour nos doctorants

  9. Bonjour,
    4 ans plus tard la situation n’a pas tellement changé! Nous venons de lancer avec un groupe de doctorants le site JeuneDocteur.com pour proposer un début de solution. L’objectif est de créer une plateforme et un réseau d’ambassadeur pour faciliter le recrutement des jeunes docteurs.
    A bientôt,
    Etienne

  10. Montiel

    Bonjour,
    Dans le recrutement, c’est l’expérience professionnelle qui prime et non pas le diplôme. Une entreprise cherche quelqu’un qui est rapidement opérationnel, qui a déjà occupé le même poste dans une autre entreprise. Quelqu’un qui a fait un doctorat est plutôt destiné à travailler dans l’enseigement et la recherche.
    Voilà pourquoi les entreprises ne recrutent pas un candidat avec un doctorat.

  11. Signorina Rabbia Nera

    En Doctorat depuis deux ans, et sans financements, je ne trouve pas d’emploi alimentaire… Pôle Emploi m’a conseillé de retirer « Doctorante » de mon CV. Peut-être qu’avec ça j’aurai enfin un espoir de trouver un job de caissière pour payer mon loyer. Qui sait ?
    Conclusion : à la première proposition à l’étranger, je me barre avec un grand bras d’honneur à ce pays qui trahit les meilleurs au profit des médiocres. Ciao !

  12. Guillaume M.

    Douze ans d’expérience dans le privé avant ma thèse (vente, caisse, accueil, graphisme, etc.), mais la mention doctorat sur le CV me pénalise toujours et annule l’effet de mes expériences antérieures… Baygon Emploi, c’est Doctoraaaat !

  13. raph

    Bonjour,

    Doctorat obtenu en septembre 2014, 1 an de chômage, 1 an de contrat (pour boucher un trou en attendant qu’un gars soit pistonné à ma place) et encore au chômage actuellement (série en cours).
    Le doctorat, c’est bien quand le directeur vous aide, quand il vous place en post-doctorat ou autres. Mais une grande partie sort de là sans comprendre l’ampleur du merdier dans lequel ils entrent : refus à répétition (le privé je ne tente même plus et le public, il faut un énorme coup de chatte).
    Pour moi, le doctorat mène sur une impasse. C’est pourquoi j’ai passé des concours (niveau bac + bac+3) pour me trouver enfin un poste fixe à 30 ans … Franchement, la France devrait avoir honte de former des jeunes et de les laisser dans la merde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>